Le secteur agricole argentin: un terrain d'opportunités pour les entreprises étrangères

Article rédigé par PROMOSALONS Argentine, le 12/10/2018

En Argentine, le secteur du machinisme agricole montre des signes de reprise, avec des ventes qui ont augmenté de 64% entre 2015 et 2017. En effet, celles-ci sont passées de 13 850 unités en 2015 à 22 769 en 2017, sur un marché qui représente 1,5 Mds USD. 

Les ventes de machines importées en nette progression

Les ventes de machines agricoles fabriquées localement restent plus importantes que celles d'origine importée (17 715 unités contre 5 247 respectivement en 2017). Cependant on assiste à une forte progression des ventes d'équipements agricoles d'origine étrangère: alors qu'en 2015 l'Argentine importait 1 422 unités, en 2017 elle en a importé 5 247. Il s'agit d'une variation de 268%! La vente de tracteurs importés a connu une progression de 680% sur la période analysée (398 unités en 2015 contre 3 122 en 2017) et celle des moissonneuses-batteuses, de 660% (103 unités en 2015 et 781 en 2017). 

Rappelons que la totalité de semoirs commercialisés en Argentine sont d'origine locale, en raison du développement de la technique du semis direct, propre et spécifique à ce pays. 

Un gouvernement tourné vers l'ouverture du marché et des producteurs recherchant de nouvelles technologies

Une des premières mesures prises par le président MACRI en janvier 2016 a été l'élimination des droits aux exportations et la suppression des entraves au commerce international, mises en place précédemment. Cette politique a entrainé une dynamique tournée vers l'augmentation des surfaces cultivées et l'achat de nombreuses machines agricoles. Alors qu'en 2015, environ 90% des machines vendues en Argentine étaient produites localement, deux ans plus tard la vente d'équipements fabriqués sur place ne représentait plus que 60% du total. Les producteurs argentins sont avides de nouvelles technologies (applications mobiles, logiciels, agriculture de précision, drones, entre autres) leurs permettant de produire plus, en dépensant moins. Plus de 77 000 outils et produits liés à l'agriculture de prévision (par exemple des écrans d'assistance au semis et de suivi des rendements, des équipements pour dosage variable, des outils utilisant des GPS, etc.) ont été vendus en Argentine en 2017, soit une augmentation de 15% par rapport à l'année précédente. Ces segments offrent actuellement des opportunités d'affaires intéressantes puisque d'ici 2030, plus de 90% des machines agricoles seront entièrement automatisées ou robotisées. 

Des difficultés, mais un secteur solide et moteur économique du pays

En septembre 2018, face à la situation d'urgence économique annoncée par le Président (dévaluation de la monnaie argentine de 50% depuis le début de l'année en cours, un taux d'inflation qui se situerait entre 35 et 45% en 2018 et une baisse de la consommation de 4,7% pour le deuxième semestre de l'année), le gouvernement a décidé de prendre diverses mesures, dont l'augmentation des droits aux exportations. Même si cette dernière n'a pas été bien reçue par le milieu agricole argentin, elle ne devrait normalement pas avoir un impact important sur les prévisions de récolte de la prochaine campagne. 

En effet, la production de soja devrait augmenter de 56% pour atteindre 54,5 M tonnes en 2019, celle de mais devrait progresser de 39% pour atteindre 43 M tonnes, la production de blé devrait se situer autour de 20,2 M tonnes (soit +18% par rapport à la campagne 2018) et celle de tournesol devrait être de 3,8 M tonnes, soit une augmentation de 6% par rapport à la production de 2018. L’amélioration du taux de change devrait favoriser les exportations agricoles du pays, sachant que 60% des produits exportés par l’Argentine proviennent du secteur agroalimentaire, véritable moteur économique du pays.